A chacune et chacun, son confinement !

Différentes phases se sont succédées durant ce confinement… et j’ai essayé de les vivre toutes...totalement !

 

Après  le choc de devoir rester enfermée,  l’angoisse devant cette perte de liberté inenvisageable, il y a à peine deux mois ;  il a fallu se plier à cette décision… et faire contre mauvaise fortune, bon cœur !!!

 

Je ne suis pas touchée dans ma chair, pas de virus alentour, mais j’ai continué un certain temps mon plan de prévention, mis en place dès le début de la crise, avec huiles essentielles et compléments alimentaires adaptés. Aujourd’hui , je pense à soutenir mon immunité pour fêter la sortie. Donc, bien sûr, en tant que naturopathe, je privilégie, le vivant, les fruits et légumes pour leur vitamine C, les produits de la ruche, les tisanes d’échinaccée entre autres...la frugalité surtout.

 

Ma première étape, après l’acceptation,  fut de mettre à profit chaque instant de cette parenthèse forcée .  Récurer la maison, faire le grand ménage de printemps du corps, de l’esprit et de l’habitat.

Redécouvrir, trier, abandonner ou réutiliser nos trésors intérieurs !

Se perdre parfois dans les multiples conseils diffusés via les écrans… mais jamais trop longtemps pour ne pas multiplier les enfermements.

C’est maintenant l’heure de me demander ce que j’en ai retenu…

 

Par chance, le soleil fut incroyablement présent, et sur ma terrasse, j’ai alterné méditations, étirements et sourires de gratitude à la nature environnante. Depuis deux jours, je regarde tomber la pluie qui réjouit les plantes.

Respirer… regarder le temps couler, reculer, se figer ou faire des bonds. Quel jour est -on ? Perdre ses repères...en inventer de nouveaux.

 

Se poser et décider d’avoir une longue conversation, un véritable échange avec une personne, voire deux maximum par jour, tout simplement parce que j’en ai le luxe….et que ça fait du bien d’être pleinement à l’écoute et entendue.

 

Parfois ne rien faire, se sentir perdue… s’enfoncer en cette terre intérieure plus ou moins connue….et laisser être.

 

Et puis, un jour, enfin , imaginer l’ouverture des portes… Fouler à nouveau le sol de nos forêts, respectueusement... marcher sans but et sans montre, tranquillement pour s’aérer l’esprit, saluer (masqué sans doute) nos amis, retrouver l’usage de nos corps libres.

 

Même sans avoir été malade, il va falloir réapprendre à sortir et se croiser sans peur, seulement avec les mesures sanitaires conseillées.

Sentir et écouter ce que dit notre corps, que veut il lui ? 

Faire face à de vrais choix, oser mettre en avant nos valeurs profondes..

« Marcher notre parole » comme nous suggère la sagesse amérindienne.

Oui , y aller pas à pas...et garder la foi dans la vie.

 

Fabienne Leduc Naturopathe, Masseuse, Fascia Praticienne :

 

 

 

 

"Parfois, le confinement me permet de me ressourcer, je me repose, j explore ma créativité en douceur, je peins, je cuisine, je lis des pièces de théâtre, je regarde des conférences sur la psychologie, j'écris, je me sens bien. Et parfois, je me sens enfermée, étouffée, stressée, peur de l'avenir, angoissée, des envies irrésistibles de pleurer, une grande solitude m'accompagne à ce moment là, je me sens seule, très seule et pourtant NON, je peux parler, je peux me retrouver dans un lieu chaleureux pour dire à des professionnels mon malaise. JE NE SUIS PLUS SEULE, JE SUIS RASSUREE, JE RESPIRE".

Raïssa Bedjaoui  - Analyste psycho-organique

 

 

 

Le confinement

Le repli sur Soi

Le temps de regarder, d’observer la nature se déployer, les oiseaux qui viennent nous visiter

Un temps étiré ..?

Laisser la vacuité s ‘installer

Ne plus remplir

Être, le plus possible, au moment présent

Pour sentir ses élans du corps intérieur.

Attendre que ÇA émerge,

Et rencontrer l ‘essentiel.

 

Lætitia Taberlet Richard - ostéopathe

© 2014-2020 A la source. Site créé par Vous méritez un site.

Abonnez-vous à notre newsletter (votre mail ne sera pas utilisé à d'autres fins)